Connexion

Récupérer mon mot de passe

Sablier des maisons
    33 points
    35 points
    225 points
    154 points
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Les posteurs les plus actifs de la semaine

Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier


Cours 18 : les types biologiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cours 18 : les types biologiques

Message par William-Murdoch le Dim 1 Oct - 0:30

Cours 18 : Les types biologiques

C. Raunkiaer était un botaniste scandinave qui proposa une classification des types biologiques pour les végétaux, en grande partie fondée sur le mode de protection de leurs bourgeons face au froid et à l'enneigement.

Raunkiaer décrivait cinq types biologiques :

1) les phanérophytes qui sont des arbres ou des arbustes dont les bourgeons se trouvent en hiver très au-dessus de la couche de neige (cela valait pour la Scandinavie), c’est-à-dire à plus de 25 à 40 cm au-dessus du sol et qui assurent la protection de leurs bourgeons contre le froid en les entourant dans des enveloppes.

2) les chaméphytes qui sont des arbustes de moins de 50 cm de hauteur et censés se retrouver, en hiver, sous la couche de neige protectrice… Les bourgeons des chaméphytes sont aussi protégés par des enveloppes (sans doute pour les années où il ne neige pas ou s’ils sont bretons !).

3) les hémicryptophytes dont les bourgeons, au ras du sol, sont enfouis dans des rosettes de feuilles (pissenlits, plantains, iris, etc.).

4) les géophytes dont les bourgeons sont souterrains (plantes dont les tiges souterraines sont des rhizomes, des tubercules ou des bulbes).

5) Les thérophytes ou plantes annuelles qui survivent à l’hiver sous forme de graines. Aucune précision n’est apportée, par exemple, sur la dépense énergétique que consent une plante à la production de graines, certaines en fabriquant des centaines, voire des milliers, d’autres quelques-unes seulement.

Il convient d'ajouter qu'il existe aussi des hydrophytes ou plantes aquatiques, des hélophytes ou plantes herbacées amphibies, essentiellement des ceintures autour des étangs, des marais, des tourbières ou des rives des cours d'eau, des épiphytes ou plantes vivant sur d'autres plantes, etc.

Maintenant la classification a été améliorée :

1) Phanérophytes

On distingue :
- » les mégaphanérophytes ou grands arbres de plus de 25 m de hauteur (Pg)
-» les mésophanérophytes ou petits arbres entre 10 et 25 m de hauteur (Pm)
- » les microphanérophytes ou grandes plantes ligneuses entre 2 et 10 m de hauteur (Pp)
- » les nanophanérophytes ou petites plantes ligneuses entre 0.5 et 2 m de hauteur (Pn)
- » les phanérophytes grimpantes ou lianes et plantes ligneuses grimpantes ou décombrantes (Ps)

Les Phanérophytes (du grec ancien φανεσός, phanerós : apparent ; φυτόν phuton : plante), dans le système de classification des plantes du botaniste danois Christen Christiansen Raunkiær, sont des plantes ayant des bourgeons dormants aériens à plus de 50 cm de la surface du sol. Ces plantes affrontent l'hiver en exposant à ses rigueurs des tiges porteuses de bourgeons (ex : le pin, le chêne, l'abricotier, le noisetier).

2) Chaméphytes

Ce sont des plantes vivaces ligneuses ou herbacées, enracinées, dont les bourgeons régénérateurs sont situés près du sol, au-dessous de 50 cm.

On distingue :
- » les chaméphytes suffrutescentes, à ramification diffuse et dressée (CH f)
- » les chaméphytes rampantes, branches décombrantes ne s'élevant guère au- dessus du sol (Ch v)
- » les chaméphytes cespiteuses, formant des touffes ou rosettes denses (Ch c)
- » les chaméphytes en coussin, croissance très compacte (Ch p)
- » les chaméphytes bryoïdes, mousses et lichens (quelques phanérogames) (Ch m)

Dans la classification de Raunkiær, les chamæphytes sont des plantes basses dont les bourgeons se situent près du sol. Plus précisément, ils possèdent nécessairement des bourgeons à moins de 30 cm du sol, et aucun à plus de 50 cm (beaucoup n'ont aucun bourgeons à plus de 20 cm).

Également épelé chaméphyte ou chamæphyte, le terme chamaephyte vient du grec χαμαι (khamai : par terre) et φυτό: (phyto, soit plante). Dans le diagramme, son distingués les chamæphytes frutescents (buissonnants, plus ou moins dressés) et les chamæphytes herbacés (beaucoup plus proches du sol tel le myrtiller).

3) Hémicryptophytes

Ce sont des plantes enracinées dont le bourgeon est situé à la surface du sol, et dont la partie aérienne meurt pendant la saison défavorable (froide ou sèche).

On distingue :
- » les hémicryptophytes caulescentes, à tige développée, généralement feuillue et ramifiée (Hs)
- » les hémicryptophytes à rosette, à couronne de feuilles au niveau du sol (Hr)
- » les hémicryptophytes cespiteuses, formant des touffes, comme beaucoup de graminées,
de cypéracées et de joncs (Hc)
- » les hémicryptophytes grimpantes ou décombrantes, à tige faible, parfois volubile (Hg)

D’après les types biologiques du danois Christen Christiansen Raunkiær, établis en 1934, on appelle hémicryptophytes les plantes vivaces dont les bourgeons persistant durant la mauvaise saison sont situés au niveau du sol. En d'autres termes, leurs parties aériennes meurent entièrement durant la mauvaise saison. Ordinairement, il s'agit donc de plantes herbacées. Exemples: Picris echioides, Senecio sarracenicus, Angelica archangelica.

On subdivise les hémicryptophytes en trois catégories en fonction, cette fois, de leur apparence à la belle saison :

- Les hémicryptophytes cespiteux : forment des touffes de tiges (ex. Holcus lanatus, Nardus stricta)
- Les hémicryptophytes à rosette : présentent une rosette de feuilles basilaires; cas de nombreuses plantes bisannuelles (ex. Oenothera biennis, Digitalis purpurea)
- Les hémicryptophytes grimpants : leurs tiges herbacées s'appuient à un support pour s'élever (ex. Convolvulus arvensis)

Du grec ancien hémi (« demi »), cryptos (« caché ») et phuton (« plante, végétal ») ; lors de la mauvaise saison, les parties vivantes de la plante sont semi-cachées (parties souterraines et bourgeons au ras du sol), alors que les parties aériennes se dessèchent et disparaissent.

4) Géophytes

Ce sont des plantes dont le bourgeon est bien enfoui dans le sol.

On distingue :
- » les géophytes à bulbe (Gb)
- » les géophytes à rhizome (Gr)
- » les géophytes à racine (Gg)

Une plante géophyte (ou cryptophyte) est dans la classification de Raunkier un type de plante vivace, possédant des organes lui permettant de passer la mauvaise saison enfouie dans le sol. La plante est donc inapparente au cours de quelques mois de son cycle annuel.

L'organe en question peut être un bulbe (jacinthe, Perce-neige), un rhizome (fougère) , un ou plusieurs tubercules (pomme de terre).

5) Thérophytes

Ce sont des plantes qui survivent au moyen de graines.

On distingue :
- » les annuelles (Th1)
- » les bisannuelles (Th2)

Les thérophytes sont des plantes qui survivent à la mauvaise saison sous la forme de graines, toutes les parties végétatives étant détruites par la dessiccation due au gel ou à la sécheresse. Ce sont des plantes annuelles à cycle court et à développement rapide.

Le terme est formé de deux racines grecques : théros, la belle saison et phytos, la plante.

On trouve parmi les thérophytes de nombreuses plantes cultivées comme le haricot ainsi que de nombreuses adventices, plantes rudérales ou mauvaises herbes des cultures.

Les thérophytes constituent l'un des cinq groupes de plantes de la classification écologique due à Christen Christiansen Raunkiær.

6) Epiphytes

Ce sont des plantes fixées sur d'autres plantes :
- » surtout des lichens, parfois des fougères, jamais d'angiospermes sous climat tempéré
- » diverses plantes supérieures sous climat tropical (Tillandsias, Broméliacées, etc.)


Les épiphytes (du grec έπί « sur », φυτόν « végétal »; littéralement « à la surface d'un végétal ») sont des plantes qui poussent en se servant d'autres plantes comme support. Il ne s'agit pas de plantes parasites car elles ne prélèvent rien au détriment de leur hôte. Les épiphytes sont des organismes autotrophes photosynthétiques ; ils sont capables d'absorber l'humidité de l'air et trouvent les sels minéraux, partiellement dans l'humus qui peut se former à la base des branches, et pour une autre partie dans les particules et gaz, absorbés ou solubilisés dans l'eau de la pluie et des rosées. Ce type de plantes est particulièrement bien représenté chez les ptéridophytes, les orchidées, les broméliacées, les aracées, les pipéracées et les bégoniacées. On les rencontre surtout dans la zone intertropicale, et plus particulièrement dans les forêts ombrophiles. Certains arbres, à l'écorce lisse ou phytotoxique, ou se desquamant régulièrement, sont exempts ou presque dépourvus d'épiphytes.

En zone tempérée, la présence et la diversité de lichens épiphytes sont considérées comme des bioindicateurs de la qualité de l'air et de l'environnement.

7) Hydrophytes

Ce sont les plantes aquatiques.

On distingue, d'après Dansereau 1945 :
- » les plantes libres, non enracinées, émergées, flottantes ou submergées (HH s)
- » les plantes aquatiques émergées à feuilles larges (HH f)
- » les plantes aquatiques émergées à tiges et/ou feuilles étroites (HH j)
- » les plantes enracinées à feuilles flottantes (HH n)
- » les plantes submergées à feuilles et/ou tiges rubanées (HH v)
- » les plantes submergées à rosette (HH r)
- » les plantes submergées annuelles (hydrothérophytes) (HH t)
- » les épiphytes ou épilithes (HH a)

- Dans la classification de Raunkier, une plante hydrophyte est un type de plante qui vit en partie ou totalement immergée dans l'eau (les bourgeons dormants et les feuilles sont dans l'eau) une bonne partie de l'année voire toute l'année.

On peut distinguer au sein de cette classe1 :

- Les hydrophytes de sols humides: dans les sols saturés en eau ;
- Les hydrophytes aquatiques : dans les sols couverts d'eau :
- Les hydrophytes flotteurs (flottent à la surface, comme les lentilles d'eau),
- Les hydrophytes fixés (enracinés dans le sol) :
- à feuilles flottantes (comme un nénuphar),
- à feuilles submerses (comme l'élodée).



_________________
avatar
William-Murdoch
Admin

Messages : 101
Date d'inscription : 20/01/2017
Age : 20
Localisation : Poudlard

Feuille de personnage
Puissance magique:
130/150  (130/150)
Force mentale:
95/100  (95/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum