Connexion

Récupérer mon mot de passe

Sablier des maisons
    68 points
    257 points
    289 points
    91 points
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Les posteurs les plus actifs de la semaine
Merlin-Myrddin
 
Dudley BeauPommier
 
Kendra Dumbledore
 

Février 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728    

Calendrier Calendrier


Première Année : Cours 4 : Les limaces

Aller en bas

Première Année : Cours 4 : Les limaces

Message par Merlin-Myrddin le Mar 16 Jan - 14:56

Première année
Cours 4 : Les Limaces



C’est lorsque le jour décroît, que la rosée se forme, que votre terrain devient humide se transformant alors en restaurant, que la limace sort de sa cachette.
C’est un animal nocturne au sang froid très sensible à la température ambiante : L’optimum pour elle se situe aux alentours de 18°C.
À 5°C,  elle s’immobilise et commence à se protéger en profondeur sous terre sans attendre le gel, les températures négatives lui étant fatales. Lorsque l’eau et l’humidité font défaut, la limace se réfugie également dans le sol en attendant le retour des pluies car sans eau, la limace ne produit pas de mucus et ne peut ainsi se déplacer.
La limace pond ses œufs en automne et au printemps. Les saisons les plus dangereuses pour elle sont donc l’hiver et l’été, pour deux raisons. D’une part le manque d’eau d’un été trop caniculaire d’autre part les températures trop basses d’un hiver rigoureux sont des risques importants pour leur propre survie et celle de leurs jeunes.
Si l’hygrométrie est bonne, la limace va là où la nourriture est abondante, il faut savoir qu’elle n’est pas globe-trotter : Tant qu’il y a de quoi manger, elle restera votre invitée !
Sa nourriture est variée : les tissus végétaux principalement (vos plantes donc !) mais aussi des champignons ou des déchets animaux de quelque ordre que ce soit, y compris ses congénères !
La limace a des penchants cannibales !
Lorsqu’elle est  sous terre, elle attaque ce qui est à sa portée, les racines ou rhizomes*. (*partie souterraine de certaines plantes vivaces)
En conclusion, pour la croiser, mieux vaut sortir la nuit lorsqu’il pleut et qu’il ne fait pas trop froid.

Biologie

De la famille des gastéropodes, qui signifie littéralement  « ventre » et « pied », entre terre et mer il a été recensé plus de 100 000 races de limaces. En France on rencontre essentiellement la limace rouge, Arion Rufus, la petite limace grise, Derocerasreticulatum,ou encore la limace horticole, brune ou noire, Arion hortensis.

Reconnaissons aux ancêtres de ce gastéropode leur côté aventurier puisqu’ils furent l’unique mollusque venu de la mer pour coloniser la terre, à laquelle ils ont su s’adapter en transformant leur branchie en poumon et en sécrétant leur mucus particulier.
Leur origine remonte ainsi à plus de 350 millions d’années, à l’ère carbonifère.

Les limaces de nos campagnes sont formées ainsi :

Poids : 5 à 30 gr selon l’espèce

Sur sa tête, quatre tentacules sont visibles, ses yeux se trouvent sur  les tentacules supérieurs. Même si ceux-ci sont minuscules, certains chercheurs estiment que la limace a une vue semblable à la nôtre, du fait que l’anatomie de son œil est similaire à celle des mammifères.
Ceci restant une information non vérifiée !

Les tentacules inférieurs sont des  organes sensoriels dont on ignore encore toutes les fonctions.  Pour le reste de sa tête, même si on ne l’aperçoit pas, elle a une bouche pourvue de petites dents et d’une langue elle aussi dentée.

Le manteau cache son appareil respiratoire, le trou que l’on aperçoit sur le côté est le pneumostome, l’orifice respiratoire. Enfin son pied est la partie de son corps qui lui permet de se déplacer, en secrétant le mucus,  la sole de reptation l’aide à adhérer au sol.
Son corps est composé d’eau à 80% et ne peut conserver son hydratation d’où son besoin permanent d’humidité pour sa survie.

Le mucus qu’elle sécrète est quant à lui bien plus complexe qu’il n’y parait. Là où vous voyez surtout un fluide gluant laissant des marques disgracieuses sur tout ce qui se trouve sur son chemin, il faut savoir que celui-ci lui permet de se déplacer, mais également de se protéger et de communiquer. Ce mucus visqueux la protège de la déshydratation et du rayonnement infrarouge mais surtout il est un véritable bouclier contre toute contamination d’origine virale, bactérienne ou fongique.
Face à un stress, elle va secréter davantage de mucus, devenant plus glissante encore, ce qui lui permet de pouvoir échapper à ses prédateurs.

Reproduction

Enfin, lorsque la période de reproduction approche, le mucus libère des agents odorants indiquant la présence de partenaires.
Comme l’escargot, la limace est hermaphrodite, elle est d’abord mâle et sous l’influence d’hormones spécifiques, elle devient femelle. Lorsqu’arrive le printemps ou l’automne, elle se trouve un partenaire, s’accouple et pond entre 100 et 500 œufs, par paquets de 10 à 50, dans un délai allant de quelques jours  à plusieurs semaines. Pour leur survie, les œufs sont soit déposés dans un trou, soit cachés.
Encore une fois, du climat dépendra leur devenir : l’humidité du sol où ils sont doit être au minimum de 40% et peut atteindre 80%. Si les températures avoisinent les 5°C, la période d’incubation sera d’environ trois mois, tandis que si elles sont de 20°C, les œufs pourront éclore d’ici deux à trois semaines.

Œufs de limaces

Donnant naissance entre une à deux générations par an, les limaçons mesurent à l’éclosion quelques millimètres et sont transparents.
Leur durée de vie dépend certes beaucoup du climat, mais dans des conditions optimum elles peuvent vivre jusqu’à dix-huit mois.

Alimentation

L’alimentation influe également sur l’activité de la limace.Tout en prenant compte de la météo ambiante, lorsque l’humidité paraît, la limace peut s’en donner à cœur joie dans votre jardin. Comme elle n’aime pas les voyages, tant que son garde-manger sera fourni, elle n’ira pas voir ailleurs si le couvert est meilleur.
Niveau fréquence et quantité, l’alimentation est variable d’une limace à une autre. Certaines mangent en une seule fois, d’autres se ravitaillent en plusieurs prises.
Au final, elles ingurgitent entre 30 et 40 fois leur propre poids en 24h!
C’est grâce à ses papilles gustatives et ses  organes olfactifs qu’elle repère sa nourriture et qu’elle en analyse leur qualité ! Car tout comme nous, il est fondamental pour elle d’avoir une alimentation variée pour avoir une bonne croissance.
Certaines limaces subissent un retard de développement lorsqu’elles n’ont pas un régime diversifié.
La limace est capable de repérer des aliments à des distances considérables et il est à noter que son péché mignon sont les plantes endommagées.

Prédateurs

Les limaces possèdent de nombreux prédateurs :
- de nombreux insectes dont les carabes (en particulier : Anchomenus dorsalis (œufs), Carabus auratus et C. monilis, Pterostichus vulgaris, Poecilus cupreus, Pseodoophonus rufipes et Abax ater), décimés par les pesticides et l'arrachage des haies, l'escargot de Bourgogne (qui mange les œufs), le ver luisant et ses larves, les chilopodes, Ischyropsalididae (c'est un faucheux, qui mange surtout des escargots), Ocypus olens.
- la plupart des oiseaux,
- des mammifères tels que les taupes, les hérissons, les musaraignes, les rats et les blaireaux,
- les crapauds, les grenouilles, les orvets et les lézards, mais ils n'éliminent jamais la totalité des limaces.

Lutte

Les limaces sont source de problèmes pour les agriculteurs et les jardiniers, problèmes qui ont justifié la production de pesticides spécialisés (anti-limaces ou limacides), qui se sont hélas avérés polluants et toxiques pour beaucoup d'autres espèces. Les méthodes alternatives sans toxiques étant peu compatibles avec l'agriculture intensive, les limaces, comme les escargots et de nombreux invertébrés ont beaucoup reculé ou disparu d'une grande partie de leur habitat, victimes des pesticides.

Lutte naturelle

Collecte manuelle

Simplement collecter ces indésirables après une pluie ou un arrosage, deux heures après la tombée de la nuit. Muni de gants afin de se prémunir du mucus gluant et collant, d'un sac pour y mettre les limaces ramassées et d'une lampe de poche, inspecter le jardin, car les limaces font surface et envahissent les plantes ou l'herbe humide.

Piège à bière

On enterre des récipients au niveau du sol dans lesquels on verse de la bière. L'odeur de la bière les attire et elles s'y noient. C'est en réalité le houblon qui les attire, qu'elles confondent avec la chicorée dont elles raffolent.

Plantes attractives

Les limaces peuvent être éloignées en plaçant une plante qu'elles apprécient particulièrement (consoude, œillet d'Inde) qui fera qu'elles délaisseront les plantes à protéger.

Plantes répulsives

On entoure les plantes à protéger (salades, choux-fleurs...) de plantes barrière (ail, civette, géranium, digitale, fenouil, oignons, moutarde, trèfle, cerfeuil, capucine, bégonias, cassis...) nettement moins appréciés des limaces.

Favoriser les prédateurs

En laissant des endroits non entretenus dans le jardin ou des zones de refuge (pierres, tas de bois, tas de feuilles), on favorise le développement des prédateurs naturels des limaces. Par exemple, un crapaud, qui appréciera lui aussi les planches ou tuiles "pièges" pour se cacher au frais le jour.
Les poules notamment consomment certaines limaces, elles sont aussi très friandes de leurs œufs. Il est possible de les lâcher, en particulier au potager aux heures où les limaces sortent. On peut aussi poser une planche de bois ou des tuiles où les limaces se réfugient la nuit. Au matin, il suffit de les retourner et les oiseaux et autres animaux (comme les orvets, etc.) se délecteront de ce mets délicieux.

Barrière physique

Au sol

Un purin ou un simple paillage de fougère aigle permet également de les éliminer de façon naturelle. La cendre de barbecue ou de cheminée peut être étalée sur 1 cm d'épaisseur pour protéger une zone sans limaces, de même que du sable, de la terre de diatomée ou de la pouzzolane qui constituent des barrières minérales naturelles. Elles sont aussi gênées pour glisser par les cheveux ou les poils ainsi que le marc de café.

Sur une paroi

Méthode particulièrement adaptée aux potagers en carrés légèrement surélevés. Elle est constituée d'un tasseau fixé sur chaque côté de la planche de cultures et de cornières métalliques fixées en dessous du tasseau. Les cornières peuvent également être remplacées par un ruban en plastique. Le but est d'obliger les limaces à descendre pour monter dans la planche de culture, ce qu'elles sont incapables de faire.

Limacides

Les produits utilisés pour éliminer les limaces sont appelés "limacides". (Du produit Anti-Limace vendu sur le chemin de traverse)


_________________
avatar
Merlin-Myrddin

Messages : 16
Date d'inscription : 04/01/2018

Feuille de personnage
Puissance magique:
110/150  (110/150)
Force mentale:
80/100  (80/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum